English Version
English Version
François Chevallier
Psychologue clinicien Psychothérapeute
51 rue de Charonne - 75011 PARIS
Premier entretien gratuit

Quel est le rôle du psychothérapeute ?

Lorsque vous viendrez le consulter pour la première fois, vous lui ferez probablement part d’emblée du motif pour lequel vous êtes venu le trouver. Sur la base de ce que vous lui direz, et dans la mesure où ‘il s’estime compétent pour vous aider, il orientera la psychothérapie dans la direction la mieux appropriée à votre cas particulier.

L’aide que peut vous apporter le psychothérapeute peut s’orienter dans trois directions différentes :

Selon le type de thérapie, chacun de ces aspects peut être travaillé de façon plus ou moins importante.

Vous aider à libérer vos émotions

Qu’elles soient agréables ou désagréables, faibles ou intenses, les émotions sont une réaction affective naturelle face à ce que nous percevons. Sur un plan biologique, elle se traduisent par la libération de différentes hormones dans l’organisme. Ainsi, même quand nous tentons de les maîtriser, elles se manifestent parfois à notre insu, lorsque par exemple nous rougissons.

Nous sommes tous amenés à devoir contrôler plus ou moins nos émotions. Cependant, c’est quand elles peuvent s’exprimer librement que notre créativité se développe le plus et que nous trouvons notre épanouissement affectif . A l’inverse, lorsqu’elles sont entravées, nous les retournons de façon destructrice contre les autres ou contre nous-mêmes, sans toujours nous en rendre compte.

En effet, les émotions ont pour fonction naturelle d’être libérées et évacuées. C’est ce qui se passe quand on rit, qu’on pleure ou qu’on se met en colère. A défaut, quand nous n’en avons pas la possibilité, nous élaborons inconsciemment des stratégies d’ajustement, comme d’agiter nerveusement les jambes ou le bout des doigts, ou bien de griffonner sur un bout de papier. En revanche, les activités artistiques et sportives sont celles qui nous permettent le mieux de canaliser sainement notre potentiel émotif.

C’est une caractéristique des jeunes enfants de ne pas réprimer leurs émotions, car ils n’en ont pas la capacité. Un bébé confronté à une émotion négative crie ou pleure naturellement. Mais nous sommes tous, dans une plus ou moins grande mesure, rapidement conditionnés à mettre nos émotions à distance pour nous adapter à notre entourage, voire pour être acceptés et aimés. Ainsi, à l’âge adulte, nous sommes aussi toujours plus ou moins déconnectés de nos émotions, d’autant plus que la vie en société ne favorise pas leur expression.

Or, les émotions non libérées s’accumulent en nous sous forme de toxines. A la longue, cela crée un état de stress nocif qui se traduit par de l’angoisse ou de la dépression. Notre corps nous envoie alors des messages d’alarme : tension nerveuse et musculaire, accélération du rythme cardiaque, maux de tête, vertiges, troubles de la digestion et du sommeil, éruptions cutanées, fatigue. Mais nous n’interprétons pas toujours ces manifestations comme elles devraient l’être, et à la longue, l’accumulation de ce stress peut aller jusqu’à entraîner des maladies graves.

Nous éprouvons tous des émotions, même si certaines personnes semblent plus sensibles que d’autres. En fait, ce qui diffère beaucoup d’un individu à l’autre, ce sont les facteurs de stress. Des évènements sans gravité apparente peuvent déclencher en nous un stress important, parce qu’inconsciemment, ils nous en rappellent d’autres, plus graves, que nous avons oubliés. Chez certains, une humiliation au travail ou un vol de voiture peuvent entraîner une réaction nerveuse plus intense que la perte d’un proche.

La psychothérapie crée un espace où les émotions peuvent s’exprimer librement. C’est un des rôles du thérapeute de repérer les émotions refoulées, et de créer un cadre propice à leur expression. Une séance de psychothérapie où on rit, où on pleure, où on se met en colère, est une séance réussie. La libération des émotions réprimées crée un état d’apaisement intérieur, et nous rend à la fois plus authentique et moins vulnérable. D’une façon ou d’une autre, la santé et la forme s’améliorent toujours. Sur le plan relationnel, nous nous réadaptons aussi à nos propre besoins. Ainsi, certains deviennent moins agressifs, d’autres au contraire se laissent moins faire…

Vous aider à changer vos attitudes et vos comportements

Pour trouver la solution d’un problème, il est utile d’en comprendre les causes. Mais cela ne suffit pas toujours. Même lorsque nous savons ce qui nous fait souffrir, nous n’avons parfois aucun moyen d’agir. En revanche, nous avons en nous des réserves d’énergie insoupçonnées, et qui nous permettent de changer à la fois nos attitudes et nos comportements. Le tout est d’apprendre à bien les utiliser.

L’intelligence humaine est une force qui nous permet de modifier indéfiniment nos conditions de vie. Ce qui nous fait peur aujourd’hui, nous pouvons apprendre à le connaître et à le maîtriser. Par exemple, tous les animaux ont peur du feu, et c’était aussi le cas des premiers hommes. Mais par la force de son mental, l’être humain a su dominer sa peur, et utiliser ainsi le feu comme source d’énergie. Nous pouvons adopter la même attitude dans la plupart des situations qui nous paraissent insurmontables, et transformer progressivement nos handicaps en atouts. En analysant de façon rationnelle les éléments d’un problème, il est possible de le résoudre, ou tout au moins d’en tirer le meilleur parti.

Nous fonctionnons la plupart du temps selon des schémas acquis. Au cours de notre existence, nous prenons toutes sortes d’habitudes, des plus utiles aux plus nocives. Or, si avons acquis une habitude que nous n’avions pas au départ, il est donc également possible de la perdre et d’en acquérir de nouvelles. C’est un élément fondamental dans le traitement des conduites addictives. Bien sûr, faire changer ce qui est devenu profondément ancré peut être très difficile, et même douloureux. Aussi, il est nécessaire d’être suffisamment motivé et soutenu dans cette démarche.

Il est également important de bien évaluer ses propres capacités, et d’agir de façon progressive et régulière. Se fixer d’emblée des buts trop ambitieux peut entraîner des rechutes brutales. L’énergie mentale fonctionne selon les mêmes principes que l’énergie physique. Lorsqu’on se met à utiliser des muscles qui n’ont pas travaillé pendant longtemps, il ne faut y aller ni trop fort ni trop vite, sans quoi on risque de se faire très mal. Par contre, en travaillant de façon adaptée, nos muscles se développent et s’endurcissent.

En dépassant nos peurs et nos douleurs initiales, nous prenons peu à peu de l’assurance. Ainsi, notre résistance et notre estime de nous-mêmes se renforcent. Bien sûr, cela ne veut pas dire que nos blessures, nos peurs et nos frustrations disparaissent totalement, car elles font partie de notre histoire et de notre identité. Mais le travail sur nous-mêmes permet d’en atténuer les effets nocifs, et de reconvertir l’énergie destructrice en énergie créatrice.

Vous aider à mieux vous comprendre

Le fonctionnement de l’esprit revêt souvent un aspect mystérieux. En fait, tous les comportements humains obéissent à une logique précise, y compris ceux qui nous semblent les plus fous. Le problème, c’est quand il nous manque la clef pour comprendre cette logique. Aussi, une des fonctions essentielles du psychothérapeute est l’interprétation de ce qui nous échappe, en nous mêmes comme chez autrui.

En effet, une grande part de notre esprit ne nous est pas directement accessible, car elle est inconsciente. Elle se manifeste de façon frappante dans nos rêves. Pendant le sommeil, notre cerveau met en scène des histoires délirantes, mais dont le décor et les personnages nous sont toujours étrangement familiers. A l’état de veille, cette part inconsciente ne disparaît pas, elle passe simplement à l’arrière-plan, mais continue à influencer nos actes à notre insu.

Il est possible d’explorer son inconscient grâce aux techniques d’inspiration psychanalytique. Cette part cachée de nous-mêmes détient la clé de bien des mystères. Pourquoi subissons-nous des échecs répétés dans certains domaines, alors que nous faisons tout pour réussir? Pourquoi sommes nous irrésistiblement attirés par certaines personnes, alors qu’il en est d’autres que nous détestons au premier regard? Pourquoi avons nous des idées ou des comportements qui nous semblent étranges? En remontant dans notre inconscient, nous pouvons retrouver la cause de beaucoup de nos problèmes, et les résoudre ainsi d’une manière efficace.

Nous comprendre nous mêmes, c’est aussi comprendre notre propre histoire. En effet, nous avons tous tendance à répéter le passé, agréable ou désagréable. C’est que notre personnalité se forme pour l’essentiel durant l’enfance. Pour nous adapter à notre environnement, nous adoptons alors des rôles dont nous ne parvenons parfois plus à nous dégager par la suite, tellement nous les avons intériorisés. Comprendre la façon dont on s’est construit soi-même permet de sortir de la répétition et de changer ainsi le cours de son existence.

Enfin, c’est en apprenant à se connaître soi-même qu’on en arrive aussi à comprendre mieux les autres. Ce que l’on ne comprend pas chez autrui, c’est bien souvent ce que l’on a mis à l’écart de soi. En nous comprenant mieux nous-mêmes, nous saisissons mieux ce qui marche ou ne marche pas dans nos relations avec les autres, et nous devenons moins vulnérables face à leurs réactions. Ainsi, ce peut être l’occasion d’établir une meilleure communication. Ou bien à l’inverse, d’avoir la force de nous dégager de relations néfastes.